À L’APPUI DES RÉSIDENTS DE LA COLLECTIVITÉ POUR LES AIDER À MIEUX GÉRER LES SITUATIONS DE CRISE, LA SOLITUDE ET LE STRESS ÉMOTIONNEL

Le centre de détresse d’Oakville (Distress Centre Oakville) aide les résidents de la collectivité à mieux gérer les situations de crise, la solitude et le stress émotionnel.

Il fournit des services téléphoniques, de messagerie texte et de clavardage gratuits et confidentiels grâce à des bénévoles hautement qualifiés.

Tout le monde peut communiquer avec le centre, à propos de tout et à tout moment. Des bénévoles bienveillants et empathiques écoutent sans porter de jugement, fournissent un soutien psychologique, font preuve de compassion et interviennent en situation de crise, si l’appelant a des pensées suicidaires. Les bénévoles aident les gens à explorer leurs possibilités pour retrouver espoir. Ils assurent aussi un service d’aiguillage vers des ressources de la collectivité sur demande.

Le centre de détresse fait partie intégrante du continuum des soins pour la santé mentale et le bien-être et joue un rôle actif dans la prévention du suicide.

Depuis 2010, le centre a recueilli entre 5 000 $ et 15 000 $ par année à Delta Gaming Centre Oakville. Les sommes recueillies grâce au jeu de bienfaisance sont utilisées aux fins suivantes.

  1. Licences d’utilisation des logiciels et soutien technique – Le système iCarol est essentiel au centre de détresse. Il sert à enregistrer les données d’appels, à accéder aux informations et à gérer les horaires. Il permet de produire des rapports afin de comprendre les tendances relatives aux volumes, aux types d’appels et aux groupes d’âge. C’est également à l’aide de ce système que fonctionnent les services de messagerie texte et de clavardage.
  2. Téléphone, services de réponse et Internet – De nombreuses lignes sont nécessaires pour les services téléphonique, de messagerie texte et de clavardage afin de soutenir plus de 1 200 conversations chaque mois. Il faut aussi un accès à Internet sécurisé pour accéder à l’outil iCarol. Le site Web est le portail d’accès principal des clients pour communiquer avec les bénévoles par clavardage.
  3. Formation des bénévoles – Les bénévoles suivent une formation de 24 heures réparties sur huit semaines et font deux quarts en tant qu’observateurs avant d’intervenir auprès des clients. Ils doivent obtenir leur attestation RCR++, suivre l’atelier safeTalk, etc.
  4. Brochures et matériel publicitaire – Les documents imprimés servent à faire connaître le centre aux clients. Ils sont largement distribués lors de conférences, d’événements de sensibilisation et de collectes de fonds et dans les centres communautaires, les hôpitaux et d’autres établissements de soins de santé.

 

Les fonds provenant du jeu de bienfaisance soutiennent les fonctions qui sont essentielles pour fournir des services téléphonique, de messagerie texte et de clavardage accessibles, confidentiels et gratuits assurés par des bénévoles qualifiés et destinés aux personnes qui ont besoin de parler. Le centre de détresse d’Oakville gère plus de 1 200 conversations par mois tout en fonctionnant à un ratio de 1 employé pour 40 bénévoles! En 2015, le centre a participé à plus de 1 000 conversations directement liées à une situation de crise et/ou de suicide.

En 2016-2017, le centre de détresse d’Oakville s’associera au centre de détresse de North Halton (Distress Centre North Halton) en partageant la technologie de leurs centres d’appels. Ils évolueront grâce à des services partagés et un site Web combiné et ils feront la publicité de leurs services ensemble pour que leurs actions aient un effet synergique.

Le jeu de bienfaisance joue un rôle fondamental dans les activités de financement et il est considéré comme l’un des partenaires les plus précieux du centre.

Pour de plus amples renseignements sur le centre de détresse, veuillez visiter www.dcoakvville.com

« J’ai passé tellement de temps à regarder le téléphone en ayant peur d’appeler. Cet appel a changé ma vie et je vous en serai reconnaissant pour toujours. Un jour, je me rappellerai de cette conversation en sachant que c’est à ce moment que j’ai commencé à vivre. »

« Les bénévoles du centre de détresse ont été pour moi une bouée de sauvetage. »

« Travailler comme bénévole au centre de détresse m’a permis d’avoir une influence significative sur la vie des autres. »

« Lorsque je parle avec vous, cela m’empêche d’avoir des crises de panique et me permet de prendre du recul pour voir

Accédez aux dernières nouvelles

Recevez directement dans votre boîte de réception les calendriers mensuels, les mises à jour concernant les gros lots, les offres spéciales exclusives et les annonces :